Les photos et commentaires sont en ligne !

 

Prévu et offert gracieusement lors de ces festivités ;

Une exposition d’art.

Animation d’artistes de rue.

Saltimbanques, jongleurs, cracheurs de feu, théâtre interactif .

Fauves.

Groupes de musique.

Spectacle équestre nocturne.

Vol en montgolfière.

Feu d’artifice.

Restauration.

Traversée de Saintes en véhicule de Collection.

 

Uniquement sur invitation aux membres du Club Grandes Sorties de France.

 

Photos de l’édition 2020 :

 

 

Une des tablées du Club. 

 

 

 

Artiste de rue.

 

 

 

 

 

 

 

 

Préparation du repas.

 

 

 

Cochons à la broche.

 

 

 

 

 

 

 

Musique d’ambiance.

 

 

 

 

 

 

 

Claude membre du Club.

 

 

Le boss Philippe Védiaud et Beber des FORBANS.

 

 

 

 

 

 

 

Une des voitures du boss à l’entrée de l’exposition de bijoux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une des rues du Haras.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La R16 de Claude.

 

 

 

 

Bébert s’échauffe la voix.

 

 

 

 

Fabrication de pain au feu de bois toute la journée.

 

 

 

 Les FORBANS au grand complet.

 

 

 

 

 

 

 

 Philippe Védiaud remerciant les boulangers de la confrérie du pain qui ont travaillé sans relâche et derrière Monsieur le député.

 

 

 

 

Madame Védiaud.

 

 

La confrérie du pain.

 

 

 

 Bébert en scène.

 

 

 

L’ambiance est survoltée.

 

 

 

 

 

 

 

Spectacle de feu.

 

 

 

 

 Spectacle équestre.

 

 

 

Photos prises par Gilbert DEBOST notre délégué Paris, Île de France, Centre.

 

 

 

 

Très beau Food Truck aménagé en débit de bières.

 

 

 Entrée visiteurs au Haras.

 

 

 

 

Cages à lions avec de très rares spécimens  » lions de l’atlas  » ( Maroc).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Gavroches annonçant les spectacles.

 

 

 

 Echassier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bébert se chauffe la voix.

 

 

 

 

 

 Le président réfléchis déjà à l’année prochaine.  

 

 

 Nous remercions vivement Monsieur et Madame Védiaud d’avoir eu l’extrême gentillesse d’avoir invité le Club et de la sympathie qu’ils ont pour celui-ci. Sympathie toute réciproque.

 

Photos de Gilbert délégué du Club pour les régions Centre et Paris Île de France à suivre.

 

 

Photos de  l’édition 2019 :

 

 

 

 

Bref historique

Les haras nationaux doivent leur existence à la volonté du roi Louis XIV de pourvoir ses armées en chevaux solides et robustes. L’administration des haras royaux voit le jour le 17 octobre 1665, leur vocation étant de veiller à la préservation des meilleures races équines.

Presque deux siècles plus tard, une ordonnance du roi Louis-Philippe permet la fondation du Haras national de Saintes. Le dépôt d’étalons est créé en 1846. La construction des bâtiments est confiée à l’architecte Victor Fontorbe, qui dessine les plans d’une structure incluant un vaste pavillon central encadré de deux ailes symétriques, d’écuries et d’une résidence pour le directeur.

Au début du XXe siècle, l’établissement abrite une centaine d’étalons. De nos jours, il reste le siège de la délégation régionale de la région Poitou-Charentes.

En novembre 2015, l’IFCE annonce que ce haras sera mis en vente en janvier 2016, faute d’avoir développé des activités pérennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les activités du Haras national de Saintes

Parmi les activités du « pôle hippique » du haras national de Saintes figurent l’appui aux professionnels de la filière équine, mais aussi la gestion de chantiers d’insertion professionnelle ou la formation pédagogique.

Le haras est doté d’un laboratoire chargé de recherches génétiques sur les chevaux, de boxes et de structures adaptées à l’élevage des chevaux de selle, de trait, des pur-sang ainsi que des races locales, tels les baudets du Poitou ou les traits poitevins mulassiers. Au total, ce sont près de quarante étalons qui sont élevés au haras.

 

 

 

 

 

 

 

Un aspect muséal du Haras national de Saintes

L’établissement conserve par ailleurs une collection de voitures hippomobiles et est, à sa manière, un conservatoire de métiers traditionnels : palefreniers, maréchaux-ferrants ou bourreliers y exercent toujours leur art[.

Les bâtiments et le parc du haras sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1993.

Le parc, d’une superficie de dix hectares, est accessible librement. Bien qu’ayant été endommagé par l’ouragan Martin en 1999, il conserve plusieurs arbres séculaires, dont des cèdres et des platanes.

 

 

 

 

 

 

 

Quelques photos de la soirée.

 

Orchestre Tzigane.

 

 

 

Sosie de Renaud.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue intérieure des écuries.

 

 

Promenade en calèche sur la propriété.

 

 

 

 

Très beau et astucieux « Food-Truck bière ».

 

 

 

Bolides sous les feux de la rampe.

 

 

Promenade en montgolfière.

 

 

Véhicules venus de toute la région.

 

 

Le Club Grandes Sorties de France a exposé une Citroën C6.

 

 

 

Très belle patine sur ce Pick up américain.

 

 

 

 

 

 

Des ailes à n’en plus finir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en place du convoi pour la traversée de Saintes.

 

 

 

 

 

 

Des artistes de rue ont égayés la journée et illuminés la soirée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Délicieux service au Food-Truck qui préparaient des plateaux à volonté de fromages et de charcuteries.

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous aux fêtes du Haras de Saintes l’année prochaine !